Etre en phase, aligné, équilibré : index de conscience

Etre en phase, aligné, équilibré : index de conscience

Et si on « étudiait » un peu Connecteurs d’Emotions ?...
 
Chez Connecteurs d’Emotions, on aime ce qu’on appelle l’index de conscience (parfois encore appelé plus difficilement : index de computation )
 
Kézako ? Vous avez sûrement entendu des personnes dire « je me sens en phase… » ou « Oh cette personne, on la sent alignée dans ses valeurs » ou encore plus simplement quand on se dit être « équilibré, bien dans sa tête...»
 
En fait l’index de conscience prend en compte 3 composantes propres à chacun :
- Ce qu’on pense
- Ce qu’on ressent
- Ce qu’on fait
 
L’être, c'est le corps et l'esprit, le mental et le physique. On pourrait aussi dire que l'être Humain c'est la pensée, les émotions et les actions.
Et le bien être c'est tout simplement l’équilibre ou l'harmonie entre les trois.
Chacune est associée à une partie de nous : la tête pour le siège de la pensée, le cœur pour les émotions ressenties, et le corps pour les actions mises en place.
 
Tiens tiens, tête cœur corps… regardez un peu notre logo, on les retrouve bien.. .et en couleur svp ! Jaune orangé pour la tête, mauve pour le cœur et bleu pour le bas du corps… et voyez-vous la pliure au centre de notre personnage en gris ? elle aligne parfaitement la tête, le cœur, et le corps… La mise en mouvement est indiquée par les 3 petits traits autour, encore une fois chacun sa couleur…
 
OK OK C’est bien mignon tout ça, mais on en fait quoi nous lecteurs, de ces 3 composantes ?
 
Et bien voilà, quand on fait ce qu’on pense et qui est en accord avec ses ressentis, on est justement aligné, en phase, en équilibre. Lorsque ce n’est pas le cas, il y a un décalage, et c’est ici que les soucis peuvent parfois commencer. Et ils sont multiples !
 
Prenons le cas d’un burn-out… Une personne qui travaille énormément (Action : corps), et qui pense (Tête) beaucoup (avec ce sentiment de culpabilité si elle ne fait pas…) à un tel point … qu’elle ne s’écoute plus (Cœur/émotions/sentiments) ! Décalage, déséquilibre… et qui lâche en premier dans un burn-out pour prévenir la personne de ce dérèglement ? le corps… Une fatigue extrême, la sensation de vide, d’être comme un zombie, incapable de tout même de choses pourtant si banales… une autre relation que nous aborderons un autre jour (celle entre le corps et l’esprit)…

Un autre exemple ? La procrastination… haaa ça vous parle sûrement (pour ceux et celles dont le terme reste barbare, c’est le fait de remettre sans cesse à demain toutes les choses à faire…). Et bien étudions la question : Une fois encore, l’envie de faire est là : « bon demain c’est sûr je m’y mets… je veux faire… » (la tête qui pense)… et l’envie est là « Ça me ferait tant plaisir de faire cela, je serai content … » (émotion, cœur ».. sauf que le corps (l’action) n’est jamais au rendez-vous… Décalage une fois encore…

Un dernier exemple et c’est à vous de travailler un peu : votre enfant (compagnon ou autre) refuse de réaliser une activité et vous le fait bien comprendre !… En ces temps de confinement je suis quasi certain que cela vous parlera aussi...
En mode de pensée automatique, c’est un évènement déclencheur d’émotions aux 3 niveaux de l’index de conscience qui commence par :
1. Ce que vous ressentez (cœur, émotion) « Je me sens humilié, pas écouté… » qui entraine 2. Ce que vous pensez (tête) « Il me manque de respect non mais ! » et qui déclenche le comportement associé : 3. Ce que vous décidez de faire (action, corps) « je lui ordonné fermement de faire ce que je lui ai demandé ! »
Conséquence : naissance d’un conflit….

Et si vous vous essayiez à la pensée alternative ?
Lorsque cet évènement déclencheur (refus de réaliser une activité) arrive, une autre approche serait de ne pas laisser vos émotions guider la pensée et vos actes… On relègue l’émotion au 3ème niveau. On commence par être factuel, et par la pensée : 1. « Il doit y avoir une bonne raison et je dois mieux la comprendre ». 2. On agit en conséquence de cette pensée : « Je lui demande ce qui l’empêche de réaliser ce qui est demandé » et alors 3. L’émotion ressentie à ce moment sera toute autre « Je reste et me sens calme, positif et confiant »… Tout cet alignement peut amplement permettre à déboucher sur un échange plus serein ou constructif comme conséquence.

Un peu simpliste ? Pas tant que cela. Bien entendu, selon la réponse, un autre cycle arrive.. dans lequel vous pourriez une fois encore retomber dans la pensée automatique… Tout est question de connaitre ses émotions, et de savoir les inclure dans vos comportements. Mais cela fera partie d’une autre publication sur les émotions ...

A vous de « travailler » : et si vous nous partagiez vos équilibres, ou décalages ressentis entre ce que vous vous dites, ce que vous ressentez et ce que vous faites parfois ? Je suis certain qu’il y a beaucoup de partages à faire et que chacun pourra s’y retrouver en partie . A vos commentaires !

Être humain c'est penser, ressentir et agir.
L'harmonie c'est l’équilibre entre le mental, l’émotionnel et le physique.
Bien être c'est unifier cet esprit, ce cœur et ce corps.

Merci de partager, cela ne coûte rien ni en temps ni en argent... et cela permet plus d'échanges et de commentaires pour dialoguer en ces temps de confinement ...
Vanessa & Stéphane, Connecteurs d’Émotions